Le comportement et le choix entre Epargne ou investissement(conso) est différent entre les entreprises et les ménages selon une nouvelle étude américaine

Une publication de plus en français. J’ai été lassé ces derniers temps de tout faire en anglais.

Je tiens ici à préciser que les informations que je vais vous donner sont parcellaires et basée sur une écoute hasardeuse de la radio (BFM business ?) ce soir. J’ai jugé utile de coucher sur papier le raisonnement et les réflexions entendues pour en garder une trace et étudier plus en profondeur ce qui me semble être une piste intéressante.

Une étude américaine vient de montrer il y a quelques mois que les ménages et les entreprises ont un comportement différent lorsqu’ils détiennent un surplus de liquidité. Si l’on admet que la fonction d’investissement est presque une prérogative exclusive des entreprises (à part pour le logement) comparés aux ménages, cette études s’intéresse au comportement des entreprises en tant que personne morale comparé aux ménages (qui sont des entités plus petites et plus proches des personnes physiques (un ménage pouvant d’ailleurs être constitué d’une seule et unique personne).

Ce qu’on apprend est que les entreprises épargnent beaucoup plus que les ménages, au lieu d’investir. Elles n’investissent pas assez. En fait elle deviennent des acteurs financiers, créditeurs, qui au lieu de dépenser de l’argent, en mettent de côté, et bien entendu, le prêtent. C’est un comportement de sur accumulation qui a pour conséquence au niveau mondial, un excès de liquidité et un déficit de demande en liquidité et d’utilisation productive de l’argent gagné par les entreprises.

Ce phénomène serait peut être bien ce qui nous entraine vers une stagnation séculaire et planétaire.

Je rappelle quand même que les entreprises sont les premiers moteurs de la création de valeur, la fameuse valeur ajoutée dont le PIB est l’agrégat au niveau d’un pays. Plus que les administrations publiques ou les ménages. Reste à confirmer ceci par des chiffres. J’ai expliqué dans une vidéo que la dette privée (ménage+entreprise) représentaient environ 40% du PIB français (un niveau inférieur à celui des Etats unis, alors que la dette publique représente grosso modo presque 100%.

Quand on met cela en parallèle avec l’assouplissement quantitatif agressif (tant de l’Europe que des Etats-Unis), on prend peur quant à l’importance des liquidités en présence sur la planète et la crainte d’une crise. Il y a probablement beaucoup trop d’argent par rapport à la production réelle de valeur.

Ci dessous les extraits :

Montant de la dette privée en France / Thinkerview / autres sites partenaires

Thinkerview est un média indépendant situé sur la toile et ayant proposé des vidéos intéressantes des candidats à la présidentielle 2017. On notera la culture des personnes réalisant les interviews, tant historique que lexicale, culturelle qu’économique.

La principale raison d’être de ce blog étant l’économie et la finance, on notera que parmi les candidats reçu seul Asselineau chiffre bien le PIB, la dette publique française, et surtout LA DETTE PRIVEE française, évaluée à 40% du PIB. Mr asselineau expliquera que la dette privée (ménages et entreprises) est faible comparé à celle prévalant aux Etats-Unis.


Parmi les partenaires de Thinker View :

Korben,

Hashtable

Les éconoclastes

Yes we H4ck !

Dissemblances

Sixtine

Yogosha

les crises.fr

Bibliographie mise à jour

Livres :

La folie des banques centrales, Patrick Artus & Marie-Paule Virard, 2016, Fayard.

Ouvrage évoqué et traité dans les publications suivantes :

http://www.lemanufactureur.fr/?p=973

http://www.lemanufactureur.fr/?p=965

Faut-il sortir de l’euro, Jacques Sapir, 2012, Seuil, Ouvrage évoqué dans les publications suivantes :

Cour constitutionnelle allemande et BCE / l’économiste Sapir contre le journal le monde

la rupture du compromis et la fin de l’illusion monétaire des taux d’intérêts entre l’Allemagne et les autres pays européens

Theories behind the idea that we should begin European federalism with the introduction of the euro currency

Faut-il sortir de l’euro ? Livre de l’économiste hétérodoxe Sapir.

The Bankers’ new clothes, Anat Admati & Martin Hellwig, 2013, Princeton Press

Le serpent qui se mort la queue… Le fameux cercle vicieux ou cercle complexe, ou cercle vertueux, entre l’Etat, sa dette, et les marchés financiers

Leverage

Extreme Money, Satyajit Das, traduit en français par Anne Confuron, 2013, Jardin des livres

The euro, Stiglitz Joseph E, 2016, w.w. Norton & company

Crise de la zone euro : où en sommes-nous ? cahiers français, documentation française, n°387, 2015

Economie du bien commun, Jean Tirole, PUF, 2016

Le retour au standard or, Pr. Antal Fekete, 2011, le jardin des livres

La révolution de 1999, Jean Boissonnat, France loisir, 1998 & 1999

La crise de l’euro, Patrick Artus et Isabelle Gravet, 2012, Armand Collin

Pourquoi j’ai quitté Goldman Sachs, Greg Smith, Editions Jc Lattès, 2012

La France sans ses usines, Patrick Artus et Marie Paul Virard, 2011, Fayard

Pourquoi il faut partager les revenus ? P. Artus et M.P. Virard, 2010, la découverte

Comment nous avons ruiné nos enfants, P. Artus, et M.P. Virard, 2010, la découverte

Les apprentis sorciers, P. Artus, 2013, Fayard

The big short, Michael Lewis, 2010 et 2011, Norton & Company

Le livre noir des banques, Attac et bastos, 2015, édition les liens qui libèrent

la politique monétaire, Christian Bordès,, Coll.. Repères, La découverte, 2007

Le vrai roman de la crise financière, olivier pastré et Jean Marc Sylvestre, 2008, éd. Perrin

Le temps des turbulences, Alan Greenspan, Pluriel, hachette littérature, 2007

The world is flat, Thomas L. Friedman, 2005, FSG book

Inflation et systèmes monétaires, Milton Friedman, 1968

capitalisme et liberté, Friedman, 1962

Why globalisation work, M. Wolf, 2004

Fixing global finance, M. Wolf, 2008

L’or des fous, Gillian Tett, 2010, jardin des livres

– Le capital au XXIème siècle, Thomas Piketty, 2013, édition du seuil, Coll. Les livres du nouveau monde

– The two trillion dollar Meltdown, Charles R. Morris, 2008, Public Affairs

Enquête sur la loi du 3 janvier 1973, Pierre-Yves Rougeyron, 2013, Le jardin des livres

Enquête sur la loi du 3 janvier 1973

L’or des fous, Gillian Tett, 2010, 2011 pour la traduction FR, Le Jardin des livres

– Inside Job, Charles Ferguson, 2012, Oneworld

-The shifts and the shocks, Martin Wolf, 2014, Penguin Press

Theories behind the idea that we should begin European federalism with the introduction of the Euro currency

Traders, Guns & Money; Knowns and Unknowns in the Dazzling World of Derivatives, Satyatis Das, 2006, Prentice Hall, financial times editions.

How to move away from contracted risks ?

Brokers and derivatives – Satyajit das, traders, guns and money, chapter 9, how to transfer, spread and divide credit risk through derivatives

CDO, CDS, what does all this jargon means ?

Inside Job, 2010, Charles Ferguson

MV5BMTQ3MjkyODA2Nl5BMl5BanBnXkFtZTcwNzQxMTU4Mw@@._V1_SX640_SY720_-2

Noire Finance, Arte

Sites web :

https://www.khanacademy.org/

http://rt.com/shows/keiser-report/

http://www.pauljorion.com/blog/