EURO ZONES BANKS BORROW MORE THAN 1.300 BILLIONS or 1,3 TRILLION OF EURO AT NEGATIVE RATES : WHAT THE HELL DOES IT MEAN ?

Un article du financial time en bas de l’article !

Economists didn’t know in the past what were negative interest rates : you pay when you have money to keep unused in a bank account and you get paid to borrow (and spend or invest) money that you don’t have !

The truth is that if we need negative interest rates so badly (and immigration also – but it’s another subject although it is entrenched with financial negative rates)… it’s because economies in modern countries are not growing (although statisticians and economists are lying to us) but that all developped economies are at the contrary shrinking…

In a few countries like Switzerland … a household or a company can borrow with negative interest rates. Central banks want to stimulate the economy with big incentive to spend money that you don’t have … through loans.

Un article du site de Boursorama en bas de l’article !

Les économistes ne savaient pas dans le passé ce qu’étaient les taux d’intérêt négatifs : une situation où vous devez payer pour garder de l’argent non utilisé sur un compte bancaire (au lieu de toucher un intérêt comme avant – rappelons un taux de +7% avant la politique du franc fort préalable à l’euro pour le livret A) et où vous gagnez de l’argent en empruntant de l’argent que vous n’avez pas ! Pour investir (entreprises) ou dépenser (ménages –> bien que moins fréquent).

Yo Ho HO ho ! et une bouteille de Rhum aurait écrit Stevenson dans l’ile au trésor ! Vous n’avez pas d’argent à dépenser et l’économie se rétracte, alors on vous met sous perfusion et on vous paye pour emprunter !

La vérité c’est que si nous avons autant besoin de taux négatifs ( et aussi d’immigration mais ça, c’est un autre sujet, un sujet démographique et politiquement sensible pour les habitants des pays riches qui voient débarquer des étrangers en masse) Et oui c’est que nous sommes déprimés, ne faisons plus d’enfants, on mange des pilules psychiatriques, on se contente de moins d’argent car on valorise le temps libre et les immigrés et bien, eux, ils bossent, ils baisent et ils ont le moral et c’est pour cela qu’on a vraiment besoin d’eux. Ou alors, si on refuse l’immigration, alors c’est qu’on est un pays totalitaire et fascisant comme le Japon, qui intéresse Bruno Gollnisch et François Asselineau. Un ami espagnol ayant habité au Japon pendant des années m’a par exemple expliqué que le Japon est un pays qui accueille une énorme ambassade allemande (tiens l’axe serait encore là ?!) Mais refuser l’immigration c’est perdre des dizaines de millions d’habitants avec le vieillissement de la population, ok le Japon c’est 200% de dette publique mais ça sera 400% dans vingt ans et ce n’est pas un problème en soi, car de l’argent il y en a et il y en a jamais autant eu.

Les économies modernes ne croissent plus, elles régressent (bien que les économistes et les statisticiens vous le cachent).

https://www.boursorama.com/actualite-economique/actualites/les-banques-empruntent-a-la-bce-un-montant-record-de-1-310-milliards-d-euros-86d51e5aa14ecddfbc9e968f516c12d5?fbclid=IwAR30XR2yKoEsjHOHMo1er4t-OjXz6UfJ2HmgdKPTRJI1h0OiZI2paOzSrMQ

https://www.ft.com/content/132f875c-c821-4045-bf2b-6615b55f2b83?fbclid=IwAR3BCc2y1jTDK-zQGg4awiXn9CBxJ-B8UG1M0LumWyPj5z6ZLHE58U3qzkg

Bonus : un article de Charles Sannat sur le sujet publié le 19 juin 2020.

Leave a Reply