Le franc suisse est-il une monnaie plus solide que l’euro ?

La monnaie suisse est-elle plus sûr que l’euro ? Je parle un peu de politique mais pourquoi pas après tout ? Avec une amie, je me suis rendu à Berne, juste à côté du bâtiment de la BNS, Banque nationale suisse et elle m’a dit qu’ils avaient énormément de réserves d’or, que tout le sous-sol de la place à côté du bâtiment de la BNS en était rempli.

Quant à l’euro, je dois bien dire que je suis sceptique. Il y a tellement de différences entre les pays européens (les allemands travaillent plus que les français, même si la productivité horaire d’un français est supérieure, l’économie italienne et espagnole est différente). Les banques centrales nationales existent encore en plus de la BCE… Une drôle de construction monétaire cet euro. D’ailleurs très peu de gens le savent mais l’euro n’est pas une monnaie unique, c’est un faisceau de 21 sortes de monnaies nationales avec une parité fixe de 1/1. Les 19 monnaies des 19 pays de la zone euro sont toutes des créances sur les banques nationales respectives, un euro dans un compte avec un IBAN français est un euro français, créance sur la banque de France, un euro sur un IBAN allemand est une créance sur la banque centrale allemande. A ces 19 monnaies s’ajoutent deux autres sortes d’euro : 1. l’euro monnaie centrale de la BCE (réservée aux banques commerciales, aux banques centrales nationales et à la BCE) et 2. l’euro sous forme de cash (lequel dispose de codes néanmoins pour identifier le pays émetteur).

Les allemands (qui sont les plus influents dans l’UE et ceux qui payent le plus et ceux qui sont les plus riches) ont deux termes différents pour désigner l’euro. L’allemand est une langue ultra précise, mieux que l’anglais ou le français.

https://eur-lex.europa.eu/legal-content/EN/TXT/?qid=1414155616307&uri=CELEX:32010D0029%2801%29

Comment la BCE compense l’ absence de budget européen par une politique monétaire très expansionniste (Assouplissment quantitatif puis maintenant recours massif au taux negatifs)

Patrick Artus, dont j’ai déjà parlé dans ce blog, corrobore sur certains points l’économiste et blogueur Charles Sannat lorsqu’il mentionne que la seule possibilité de garder l’Union européenne et la zone euro intacte, et de pallier le manque de volonté politique d’instaurer un vrai budget commun ambitieux (et non pas des calculs hypothécaires comme on en voit maintenant au Conseil sous l’aune de Charles Michel entre des États aux intérêts trop divergents pour un budget anecdotique) PAR une politique monétaire commune extrêmement accommodante (assouplissement quantitatif et taux négatifs).

Lire la chronique de Patrick Artus dans le monde daté de dimanche et lundi 23 et 24 février 2020:

https://www.lemonde.fr/idees/article/2020/02/22/patrick-artus-le-partage-des-risques-rempart-de-la-zone-euro_6030440_3232.html

Les routeurs chinois sont vérolés au niveau hardware et servent à espionner les communications.

Huawei est une société chinoise en position leader dans la 5G. Enfin il me semble. A noter que l’Union européenne ne semble pas se positionner clairement pour éviter d’utiliser des routeurs chinois. Les chinois ont investi et acheté de nombreux ports européens en Italie jusqu’à provoquer l’intervention de l’ancien Président de la Commission européenne lors de la réception du Président chinois à L’Elysée.

Un scientifique lyonnais, ingénieur recherche, présent dans l’association ALDIL (Association de l’informatique libre lyonnaise) nous a d’ailleurs mis en garde contre la puissance des chinois dans le domaine informatique puisque son fils s’est installé en Chine et a acheté semble-t-il un appartement (n’en déplaise à François Asselineau qui dit qu’on ne peut pas acheter en Chine).

https://arstechnica.com/tech-policy/2020/02/us-gave-allies-evidence-that-huawei-can-snoop-on-phone-networks-wsj-says/

Article en français : https://macbidouille.com/news/2020/02/12/huawei-les-americains-affirment-avoir-les-preuves-de-linstallation-de-portes-derobees