Pourquoi l’évolution générale des prix (inflation-déflation) constitue-t-elle le critère majeur sur lequel se fondent les politiques des banques centrales ?

Ayant récemment traduit des rubriques du site de la BCE normalement destinées des experts en politique monétaire depuis l’anglais vers la langue française et suite à la lecture des traités européens dans le détail, je me suis interrogé sur la signification de l’obsession de la stabilité des prix, premier objectif des banques centrales bien avant la croissance ou la réduction du chômage.

Voici trois éléments de réponse :

1) Issu d’un document récupéré sur internet au sujet de la politique monétaire unique et actuelle, tant de la FED que de la BCE. Vous pouvez accéder au document en cliquant ici:

“Les avantages de la stabilité des prix à long terme sont nombreux : élimination des transferts arbitraires de richesse ; réduction des coûts de calcul et d’étiquetage ; renforcement du rôle des prix dans le mécanisme d’affectation des ressources ; élimination des distorsions dues à un régime fiscal applicable à des valeurs nominales (voir, par exemple, Barnett et Engineer, 1999). « Quand les anticipations d’inflation à long terme sont fermement ancrées, la variabilité des taux d’intérêt à long terme est plus faible, et il est plus facile pour les entreprises et les investisseurs de s’engager dans des contrats à long terme » (Rogoff, 2003).Toute incertitude dans ce domaine rend plus difficile la prise de décisions. La monnaie joue moins bien son rôle d’unité de compte et cela pénalise les agents économiques : les ménages qui veulent épargner pour leur retraite ; les entreprises contraintes de s’endetter à plus court terme, le financement à long terme étant plus cher en raison des primes de risque, etc… Par conséquent, les écarts mesurés par rapport à la tendance – correspondant à l’ancrage des anticipations à une valeur donnée – ne doivent pas être trop importants sous peine de voir s’instaurer dans l’économie un climat d’incertitude dommageable pour l’investissement et la croissance.”

2) Issu d’un livre en anglais (the two trillion dollar meltdown de Charles Morris), que j’ai découvert par le biais du film Inside Job de Charles Ferguson :

” Inflation had traumatized long-term investors, siphoning money away from the bonds and stocks that financed businesses and fueling hard asset bubbles, art, gold and real estate ”

L’inflation a traumatisé les investisseurs à long terme, en détournant la monnaie des obligations et des actions qui finançaient les entreprises et en créant une bulle sur les biens réels et physiques tels que l’art, l’or, ou l’immobilier.

3) une vidéo de Khan academy sur l’inflation modérée dans une économie en bonne santé.


Moderate inflation in a good economy: Why there tends to be moderate inflation during good economies